15 octobre 2010

Les ondes de chocs et la cryothérapie

machine ondes de chocs

Les ondes de chocs et la cryothérapie : EnPuls 2 et Cryo 6

« Depuis plus de 10 années, certains constructeurs mettent à notre disposition des technologies modernes de plus en plus adaptées aux besoins quotidiens de nos patients. Il en est ainsi pour les ondes de chocs radiales (ODC) qui nous ont permis de progresser dans l’approche de nombreuses pathologies.

 

Prenons le cas des tendinopathies, toujours difficiles à prendre en charge. Les ODC permettent d’obtenir plus de 70% de bons et très bons résultats dans leur traitement et ce, quelque soit l’étude que l’on prend en considération. Lors d’une application d’ondes de chocs, on se rend compte que le patient « souffre » surtout lors des 500 premiers coups ; les 1 500 à 2 000 suivants étant bien mieux supportés.

 

Il semblerait que l’utilisation de différentes techniques de balistique influence le ressenti des patients. Zimmer Medizinsysteme n’a pas choisi pour l’EnPuls un générateur à air comprimé mais électromagnétique. Son projectile de percussion est plus gros, donc son accélération moindre, mais l’énergie transmise tout aussi élevée, et ceci en améliorant le confort du patient. Les résultats thérapeutiques obtenus avec l’EnPuls sont donc tout aussi excellents.

 

En effet, il ne s’agit pas de faire mal au tendon pour qu’il guérisse !

 

Optimiser le traitement en y associant la cryothérapie. L’effet vasoconstricteur rapide et antalgique du froid à -30°C, entraîne une vasodilatation réflexe, due au choc thermique très puissant, et qui alors participe à la cicatrisation des tissus que nous avons ciblés avec les ondes de chocs.

 

La cryo est plus généralement appliquée après les ODC. L’application du Cryo 6 sera donc manuelle, de courte durée, en légers balayages à quelques centimètres de la zone traitée pour un choc thermique efficace.

 

Au contraire, l’application en stationnaire d’un froid moyen sans choc thermique, et à distance, nous limite à une vasoconstriction superficielle, et ne nous permet pas d’avoir les réactions réflexes souhaitées… Dans ce cas, mieux vaut une poche de glace beaucoup moins onéreuse…

 

Donc l’association ODC / cryothérapie, EnPuls / Cryo 6 va être idéale pour gérer l’ensemble du traitement, dans sa composante mécanique avec les ODC, celle antalgique avec les ODC et la cryothérapie et dans sa composante circulatoire grâce à la vasodilatation réflexe obtenue.

 

De plus, la grande mobilité de l’ensemble EnPuls / Cryo 6 et son encombrement minimum exemplaire, permettent de se déplacer aisément dans le cabinet et ainsi d’exploiter au maximum la combinaison de ces 2 techniques, voire de les utiliser séparément. »

 

F. ATTAL, Masseur Kinésithérapeute D.E., Chargé d’enseignement

 

Article paru dans Profession Kiné

 

numéro 28, septembre-octobre-novembre 2010

 

Retour aux articles